La suite du séjour en six étapes

Le canal du midi peut se parcourir à vélo, puisqu’il est longé, d’Agde à Toulouse, par un chemin de halage


Le canal en images, c’est ici

Avec une équipe toujours pleine d’enthousiasme !


Marseillette

Il y avait autrefois un étang entre Marseillette et Puichéric qui fut asséché vers le milieu du XIXe siècle. Des agriculteurs ont tenté de se lancer dans la culture du riz, mais l’eau salée et boueuse était impropre à cette culture. En 1850 le tunnel de Naudy, un tunnel de 2 km reliant le fleuve d’Aude à l’étang et passant sous le canal du midi a rendu possible l’irrigation de ces terres.
Aujourd’hui, la Rizière de Marseillette est mise en eau à partir du mois d’avril, le riz est semé début mai et récolté début octobre.

Pour les randonneurs et cyclotouristes, une randonnée de 5 km « De l’Écluse de Marseillette à Naudy » est proposée sur Visorando.


La Redorte

Nous accostons au Port de la Fabrique à La Redorte pour la nuit.
Le Canal du Midi a apporté à La Redorte une grande activité économique. Le commerce du blé et celui du vin y a été florissant. Les négociants en vin y établirent leurs chais et leurs maisons. Cette activité faisait travailler nombre d’employés et d’artisans tels que tonneliers, charrons-bourreliers, maréchal-ferrant : les chevaux étaient indispensables pour haler les barques et le charroi des vins.

Une petite marche s’impose. Nous suivons le chemin de halage sur une boucle de 3km « Circuit Epanchoir et Douze Ponts – La redorte » (https://www.laredorte.com/wp-content/uploads/2016/08/sentier-de-randonneee.pdf). Il nous permet de découvrir « l’épanchoir de l’Argent-Double » et « la Dinée »

L’Epanchoir de l’Argent-Double
Cet ouvrage a été construit en 1693 afin de vider le canal de son eau excédentaire. Le chemin de halage passe au dessus de l’épanchoir et de ses onze arches. L’Argent-Double est la rivière ou s’évacue l’eau lorsque le niveau du canal monte.

La Dinée, ancienne halte des bateliers et des voyageurs. Cette bâtisse servait de halte aux bateliers et aux voyageurs des coches d’eau qui dinaient là à midi.

Incontournable à La Redorte : je vous conseille vivement de vous rendre chez la bouquiniste au centre du village (près de la poste). Vous découvrirez une multitude de livres en tous genres, un vrai régal pour les amoureux des mots.
Chez Waldenzone, l’accueil est fort sympathique et très professionnel.


Homps

Homps connut dès 1680 un essort économique considérable. C’était l’un des seuls ports où les péniches pouvaient manoeuvrer ce qui en fit une plaque tournante de la batellerie à cette époque. C’est de là que partaient les vins du Minervois, dans un ballet incessant de barques chargées de barriques, pour alimenter les ports de Bordeaux, de Sète et de Toulouse.
On peut y admirer l’ancienne commanderie des hospitaliers de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem (les Chevaliers de Malte) qui y installèrent l’une de leurs plus importante commanderies vers 1180.
Le village fut dévasté durant la croisade contre les Albigeois, puis à nouveau détruit lors des guerres de religion.


Paraza

Le village de Paraza se découvre au détour d’un des méandres du canal du midi. Joli port coloré, il abrite un château du début du XVIIème siècle où vécut Pierre-Paul Riquet pendant les travaux de construction du canal.

Je vous conseille de suivre le chemin de halage qui mène au pont-canal de Répudre, l’un des trois ponts-canals bâtis par Pierre-Paul Riquet. C’était le premier pont-canal construit en France.

Vous pouvez aussi grimper jusqu’au château. L’église du village qui se situait sur le tracé du canal a été démolie lors du creusement et reconstruite à l’identique au coeur du village.


Le Somail

Ce joli port s’est développé autour de la couchée de la barque de poste. Ce service de transport de passagers permettait d’effectuer le trajet entre Toulouse et Agde en 4 jours soit 240 km. Le Somail était la troisième couchée, on s’installait dans une auberge pour le repas du soir et pour la nuit.

Cette petite tour ronde près du Pont Neuf du Somail, c’est la glacière du port, qui permettait de conserver la glace pour les voyageurs.

C’est la fin de notre séjour, nous repassons par l’épicerie du Somail pour nos dernières emplettes.

Le Somail, fin de l’aventure

Pour conclure, je voudrais parler de la diversité des arbres vus sur le canal tout au long de notre parcours.

Les alignements de platanes sont aujourd’hui menacés par la maladie du chancre coloré. De nombreux arbres ont heureusement été replantés.


Cet article vous a été présenté par Christine d’Aix

Cet article vous a plu, abonnez-vous (au bas de la page d’accueil)
www.leblogdechristinedaix.fr

c’est gratuit
ou bien laissez un commentaire (tout en bas de l’article)

Vous êtes restaurateur, un petit producteur (produits du terroir, plantes, produits naturels…), un artisan d’art. Vous souhaitez que votre établissement soit mentionné dans ce blog, j’en serais ravie !
Contactez-moi : contact.christinedaix73@gmail.com

Le début du séjour

Autour du Canal